Fruits et légumes de janvier

Légumes

Bette, Chicorée, Ail, Artichaut, Céleri, Chou , Bourrache, Brocoli, Cardon, Oignon, Choux de Bruxelles, Chou-fleur, Endive, Escarole, Asperge, Épinard, Fenouil, Laitue, Poireau et Betterave.

Fruits frais

Grenade, Citron vert, Citron, Mandarine, Pomme, Coing, Oranges, Poires, Ananas et Bananes.

Fruits tropicaux

avocat, kakis, caramboles, chérimoles, noix de coco, fruit de la passion, kiwano, kiwi, kumquat, litchis, mangue, mangoustan, papaye, pitahaya, ramboutan et tamarillo.

Evénements et Foires de janvier

Pour le moment, il n'y en a aucun programmé

Festivités de janvier

calendrier gastronomique

Le 1er janvier, le premier jour de la nouvelle année, est célébré dans tous les pays gouvernés par le calendrier grégorien, qui a été établi par le pape Grégoire XIII en 1582, ce qui veut dire, la majorité des pays. C’est une soirée marquée par les traditions et les superstitions qui sont faites pour commencer avec un  » bon pied » l’année prochaine. L’un des principaux symboles de cette date est le débouchage des bouteilles de cava – à 0.00 heures le 1er janvier – un « rituel » qui se déroule après avoir pris les douze raisins de la chance, un pour chaque mois de la nouvelle année, au son du fameux carillon. Tout cela après avoir profité en famille et entre amis d’un délicieux dîner à la fin de l’année à base de délices succulents. A cette occasion, le toast est pour une bonne année!

L’arrivée des Rois Mages – Melchior, Gaspar et Baltasar – chargés des cadeaux, met fin aux vacances de Noël. Ces personnages bien-aimés apportent avec eux un dernier cadeau pour le palais, le Roscón de Reyes, une sucrerie typique composée d’une pâte à brioche ornée de fruits confits et de bonbons que, dans cette journée, ne manque pas dans pratiquement aucune maison. Le roscón classique, celui de toute la vie, ne prend rien, mais dans les dernières années ils ont été incorporés à tous les types de garnitures sucrées, comme la crème fouettée ou la crème pâtissière à la truffe. Un élément caractéristique de ce dessert qui suscite un grand intérêt chez les enfants, est la surprise qui se cache toujours à l’intérieur. La coutume est que, celui qui trouve la surprise, doit payer le roscón. Le répertoire des surprises est de plus en plus varié et à l’intérieur de la brioche peut apparaître toutes sortes de miniatures. Autrefois, à Huesca, on mettait à l’intérieur une petite fève. A Saragosse, au début des années 30, certains pâtissiers comme Gonzalez et Sanchez sont devenus célèbres avec leurs roscones car ils introduisaient des petites vraies monnaies.

Un autre bonbon qui ne manque pas de nos jours dans les vitrines des pâtisseries et confiseries est le « carbon dulce » – charbon sucré – lequel, selon la tradition, les mages offrent aux personnes qui doivent corriger leur comportement dans l’année qui commence.

A Binéfar, il est traditionnel de combattre les températures froides de la fête des rois dans la chaleur du feu de joie. Les voisins se réunissent devant le feu dans une activité organisée par le Conseil municipal dans laquelle, la viande est rôtie pour tous les participants. L’assistance est gratuite.

À Abizanda (Huesca), en l’honneur de Saint Victorien, le « festival du homard » se poursuit le dimanche après le Jour des « Reyes ». C’est un système particulier et traditionnel de prévision des récoltes. Les voisins font un pèlerinage à l’ermitage de Santo, dans la Sierra de Olsón. Après bénir les plus de cinquante gâteaux qui sont placés sur une nappe sur le sol, on s’attend à ce que quelques petits insectes, semblables à des sauterelles, entrent dans la nappe. Les couleurs des insectes prophétisent l’avenir des cultures. Beaucoup de sauterelles sombres signifient du vin. Par contre, s’il y a une prédominance d’insectes verts, cela veut dire qu’il y aura une bonne récolte d’huile. Si les insectes sont clairs, ce sera une année de céréales.

Le jour du saint on bénit les animaux dans les églises. En Fragase, il fait la tombola du « Tocinet de San Antón », ainsi que dans certaines municipalités des Pyrénées comme Benabarre, Capella, Santaliestra ou Campo. Dans la province de Huesca, il est également connu sous le nom commun de « Pllega » où on doit recueillir de la nourriture dans les maisons de village. La nourriture cueillie sera mis aux enchères dans l’après-midi. Le revenu obtenu sera pour la paroisse ou pour un fonds commun. Le Pllega ou Llega est aussi une coutume profondément ancrée dans certains villages du Maestrazgo comme Cantavieja, Mirambel ou La Iglesuela del Cid.

À Huesca on fait une grande fêtedans le quartier de San Lorenzo. Ici, on grille des pommes de terre, des saucisses, des sardines qu’on partage. On boit aussi du vin.À Zaidín, ils distribuent du «Pan Caritat» qui est consommé avec du bon vin.

Dans Teruel, du vin et du gâteau sont distribués. A Alquézar il y a du chocolat chaud, à El Tormillo de la nourriture populaire et à Cervera de la Cañada on partage de la saucisse. Monreal del Campo a comme produit phare de la saucisse grillée, Mirambel offre de pâtes farcies à laconfiture de citrouille connu sous le nom de « coquetas ». Andorre a l’habitude de prendre du chocolat et « raspao » dans la matinée et, l’après-midi, des saucisses grillées. Dans la province de Saragosse on peut trouver un bon exemple de cette fête à Calatayud, où l’on profite des braises des feux pour rôtir des aliments très différents, y compris les produits de l’abattage.

À Grañén on célèbre la préparation du «Ajo Moroño» et à Aínsa on célèbre la Fête de la Charité qui consiste à la distribution du pain et du vin à la Plaza Mayor avec la vente aux enchères d’un gâteau qui est produit chaque année par une famille différente.

Alquézar célèbre de grands banquets populaires et, à Artasona, il y a aussi La Fête de la Charité dans l’après-midi et vente aux enchères de la « Llega » et un dîner populaire le soir. Azlor allume des feux de joie et distribue du punch, de la saucisse, du chocolat et d’autres aliments entre voisins et visiteurs. Villadoz organise une collation populaire avec des olives et du pain comme principaux produits.

Nuévalos opte pour un repas populaire à base de paella et Ainzón célèbre le saint patron local avec son traditionnel gâteau au chorizo. À Castiello ils prennent des « crespillos » et à Tardienta la fraternité de San Fabián célèbre ses fêtes avec un repas. Le menu est le même depuis des temps immémoriaux: escarole, chou de figues et de pepitoria-la pepitoria est composée d’un ragout aux tripes, du foie et d’agneau léger.

Lastanosa, à Monegros, prépare un repas populaire basé sur les « farinetas ». Dans Borja, ce week-end, mis à part ses tirés de cartouches à blanc et de ses défilés, on brûle du feu en présence de centaines de personnes. Les personnes présentes partagent plus de deux cents kilos de pommes de terre rôties, des sardines et du hareng, le tout arrosé avec du vin « de la terre ».

Le samedi le plus proche du 20 janvier, fête de Saint Sébastien, Longás la célèbre en allumant un grand feu sur la place de sa ville pour réchauffer la froide nuit d’hiver. Cette nuit-là, il y a un dîner populaire avec la viande rôtie dans les braises du feu.

Depuis 1987, le peuple de Albelda et, surtout, les membres de la Peña « Lo Magré », organisentle dernier dimanche de janvier la Festa populaire del Toçino, déclarée d’intérêt touristique par le Gouvernement d’Aragon, et doyenne de toutes les quelques abatages populaires tenues en différentes localités de l’Alto Aragón. Tout au long de la journée à Albelda, plus de cinq mille personnes profitent de cette fête et dégustent des bons produits issus du cochon. Depuis que cette vieille habitude a été récupérée, à Albelda, année après année, le nombre de porcs abattus a augmenté. Leurs produits sont grillés sur de grandes grillades au milieu de la rue, en plein centre-ville, accompagnés de pain baigné dans l’huile et d’ail et de vins du Somontano. La journée commence à huit heures du matin avec un chocolat pour préparer le corps à l’activité à venir. Les femmes sont responsables de la préparation de tripes, boudin noir, des saucisses, chorizos et d’autres éléments qui sont dégustés au ragoût de midi, le plat central de la journée, sans oublier le bouillon et la litière des fruits. Tout au long de la journée, il y a des spectacles dans rue, un marché artisan autour de la place et une démonstration de production d’huile d’olive par la Cooperativa San Isidro.

San Valero, patron de la capitale de Saragosse, est fêté dans la ville avec le roscón habituel, bien que plusieurs villes de la géographie aragonaise comme Cariñena célèbrent également cette fête avec cette brioche. À Saragosse, depuis plus d’une décennie, un rendez-vous très populaire a lieu le matin sur la Plaza del Pilar. On distribue du roscón avec du chocolat chaud, parce que le dicton de « rosconero y ventolero » fonctionne souvent dans chaque nouvelle édition.